2010

2011

2012

2013

2014

2015

2016

2017

2018

2019

10

09

08

07

06

05

04

03

02

01

Patience...

On rembobine

C’est parti !

11.11.2016

#9

We Got It from Here...

A Tribe Called Quest

We Got It from Here... We Got It from Here... We Got It from Here... We Got It from Here... We Got It from Here... We Got It from Here... We Got It from Here... We Got It from Here...

Chronique

We Got It from Here...

Soigner sa sortie est un art dans lequel peu d’hommes excellent. L’intérêt de ce disque tient autant à son indéniable qualité qu’à la mythologie entourant sa sortie, le 11 novembre 2016. Dix-huit ans après The Love Movement, cette œuvre chorale fut conçue sous la direction de Q-Tip, faisant suite au décès de Phife Dawg.

Si cet album constitue un point final en bonne et due forme pour un groupe ayant marqué au fer rouge l’histoire du rap US, les raisons de sa réussite peuvent se décomposer en trois points. Son propos, tout d’abord, relativement pessimiste et plus mordant qu’a l’accoutumée, qui revient sur les réalités auxquelles la communauté afro-américaine est confrontée dans des morceaux comme « The Space Program » et « Whateva Will Be ».

Son agencement sonore, ensuite, d’un classicisme assumé, qui témoigne d’un attrait toujours prononcé pour ce son organique et jazzy qui a fait leur réputation, en témoignent « Dis Generation » et « Enough ».

Sa liste d’invités, enfin, avec un André 3000 qui magnifie le morceau « Kid », un Kendrick Lamar qui s’associe avec brio à Jack White sur ce brûlot de l’Amérique post-2010 qu’est « Conrad Tokyo », un Anderson. Paak abandonnant quelque peu sa traditionnelle bonhomie sur « Movin Backward », et bien sûr leur vieux compagnon Busta Rhymes, qui rend un vibrant hommage à Phife sur « The Donald ».

We Got It From Here… avait tout de l’album casse-gueule avec le risque de s’enfermer dans une posture bancale et critique envers l’Amérique de Trump au détriment de la musicalité et du lyrisme. Il n’en est rien, et cet album, quoi qu’on en dise profondément ancré dans son contexte socio-politique, est à coup sûr une œuvre destinée à se bonifier avec le temps. R.I.P. Phife Dawg.

Troublesome times kid, no times for comedy/Blood clout, you doing/Bullshit you spewing/As if this country ain't already ruined

Troublesome times kid, no times for comedy/Blood clout, you doing/Bullshit you spewing/As if this country ain't already ruined

Par Faycal Guerengomba

Découvrir l’album