Synthetic Substitution: la renaissance d’une Face B

Reposant à l'origine sur l'échantillonnage de musiques existantes, le Hip-Hop n'a jamais caché son héritage pour la soul, le funk ou encore le jazz. Certains morceaux  ont même été samplés tant de fois qu'ils font désormais partie intégrante de la culture Hip-Hop. On vous propose donc de vous intéresser à une face B de 1973 d’un chanteur inconnu, samplée des centaines de fois, qui rentre parfaitement dans cette catégorie: ‘Synthetic Substitution’ de Melvin Bliss.

Qui est Melvin Bliss ?

A vrai dire, cet Américain n’a jamais rencontré un grand succès si ce n’est à posteriori avec le titre qui nous intéresse dans cet article. Né en 1935, il a chanté dans l’armée pendant des années et passait depuis de salles de concert en salles de concert new-yorkaises pour de petits cachets. En 1972, il rencontre la mère d’un jeune compositeur à la recherche d’un chanteur: Herb Rooney. Quelques semaines après, ils se retrouvent en studio pour enregistrer ‘Reward’, un titre qui ne trouvera jamais sa place dans les charts et subira la faillite de son label. Il manquait alors une face B pour lancer l’impression. Herb Rooney ressortit une composition: ‘Synthetic Substitution’. Melvin Bliss témoigne:

‘We had no idea what that song was about. We just needed a B-side.’ Melvin Bliss

Comment ce titre est-il devenu un classic ?

Lancer la vidéo et écouter cette boucle de 5 secondes. C’est celle-ci même qui a été samplée des centaines de fois et qui ne vient pas de n’importe qui. En effet, si la discographie de Melvin Bliss se résume à cet EP, le break de batterie ayant fait le bonheur des beatmakers vient de Bernard Purdie, un monstre de studio. Si ce nom ne vous dit pas grand chose, quelques lignes de son CV suffiront à vous convaincre de son talent. Crédité sur les albums de James Brown, Nina Simone, The Beatles, Louis Armstrong, Miles Davis, Isacc Hayes ou encore Gil Scott Heron, directeur artistique d’Aretha Franklin, inventeur du ‘Purdie Shuffle’ et enfin auteur de 20 albums, Bernard ‘Pretty’ Purdie n’en est pas à sa première session studio. Les 5 secondes légendaires de 'Synthetic Substitution' viennent donc d’une légende.

Où a-t-on entendu ce sample?

Les premiers a avoir samplé ‘Synthetic Subsititution’ sont les Ultramagnetic MC’s sur ‘Ego Trippin’ en 1986. Mais depuis, les références ne manquent pas. D’après, whosampled.com, le titre aurait depuis, été samplé, plus de 460 fois. Afin de vous donner un petit aperçu de l’influence de ce sample, on vous a préparé un mix avec quelques classiques de l’âge d’or du Hip-Hop. On y retrouve sans surprise du Public Enemy, The Pharcyde, Wu Tang Clan, Mobb Deep et Gang Starr. Mais contrairement à ce qu’on pourrait penser, le titre continue a être samplé comme l’ont fait The Underachievers sur ‘Lands Of Lords’ ou Kanye West sur ‘New God Flow’. Au-delà même de la sphère du Hip-Hop, on retrouve le break de ‘Synthetic Substitution’ sur des titres de The Prodigy, de Moby et même de Justin Bieber sur ‘Die In Your Arm’ (Ne vous en faites pas, ce titre ne sera pas présent dans le mix ci-dessous)

Synthetic Substitution’ a indéniablement marqué l’histoire du Hip-Hop au point d’en devenir un élément à part entière. Pour autant, assez peu de reconnaissance fut accordée à Melvin Bliss pour son travail. C'est en partie pour ce problème de considération de l'oeuvre originale que la méthode du sampling a toujours été reprochée au Hip-Hop. Or, c'est cette technique qui a permis à 'Synthetic Substitution' (et a bien d'autres titres), de connaitre un second souffle avant la mort de son interprète en 2010.

C'est d'ailleurs d'autant plus incroyable que ce genre de renaissance,  possible grâce à la technologie arrive à ce titre. Puisque Melvin Bliss y exprime une certaine crainte d'une société future où la modernité a remplacé l'Homme et la Nature.

'I wonder what's next, what's next
Watch out my love
It could be you (...)

I'd be suspicious of their modern-day scheme
replacing a woman with a love machine (...)

Synthetic substitution has taken over this land,
there's no-one to blame but man'             Melvin Bliss - Synthetic Substitution

C'est finalement très ironique que ce soit cette technologie qui ait sorti l'oeuvre de Melvin Bliss d'un oubli certain et fait de ce titre une pièce phare de la culture Hip-Hop. Il ne pouvait pas deviner que celle-ci allait faire tourner sa musique en boucle dans les ghettoblasters du monde entier 20 ans après sa sortie et la fera perdurer sur des blogs 40 ans plus tard.

RIP Melvin Bliss

Commentaires

BOOTLEGZ : LA NEWSLETTER

Toute l'actu Hip-Hop dans ta boite mail

Leave a Reply

1 comment

  1. Psycut

    Quand je dis qu’il y a eu un avant et un après le premier Lp des Ultra 🙂

Lire les articles précédents :
[Lost & Found] Erule – Listen Up

The BackPackerz continue à sortir des sons du grenier. Retour à l'année 1994, millésime Hip-Hop parmi les plus riches. Aujourd'hui...

Fermer