ScienZe – Georgia Tape

#Georgia Tape

ScienZe

ScienZe Class

Janvier 2016

13/20

Comme ça, pour bien finir le mois de janvier et parce qu’il aime faire plaisir, ScienZe, le MC et producteur de Brooklyn, nous livre son dernier opus : #GeorgiaTape. Il tourne bien et on vous dit en quoi.

Les présentations d’abord. ScienZe est un MC de Brooklyn qui  conçoit le hip-hop comme un art de vivre. Son rap se nourrit de jazz, de soul et son groove se veut à la fois percutant et sensible. Dernier album en aout 2015. A Travelling Man 4. Comme le souffle le titre de son projet, cet artiste se nourrit de voyages. Spirituels et  artistiques. Pour se faire une idée du talent du monsieur, sachez qu’il a déjà une coquette discographie de 9 releases studio, que son premier projet s’intitulait Ode to Dilla et qu’il fait des heureux depuis 2010. Pour continuer sur sa carrière artistique, la maturité aidant, son expression artistique est plus affûtée et ses deux derniers projets valent vraiment qu’on y tende l’oreille. Taillés sur de belles productions très jazzy, à la rythmique enlevée,  Ella  est, par exemple,  un pur délice acoustique. L’album, une ballade à lui tout seul. On y distingue notamment des morceaux comme « Charlie Brown », « The Answer »  ou le romantique « The Date ». Bref, un bonheur de beats bien distillés, de boucles jazzy souvent acoquinées avec un piano et de textes toujours bien écrits et très justement lancés.

ScienZe feat. Blu –  « Charlie Brown »

Mentionnons également #BringBackElla, un EP de 7 titres datant d’octobre 2014 qu’on imagine fait de chutes de son précédent projet et sur lesquelles on ne peut qu’être ravi de tomber. Derrière des productions d’EOM ou NAMELESS, des beatmakers pétris de talent, on retrouve ScienZe philosopher sur ses inspirations artistiques, son cheminement de MC et leur impact sur sa vie.

ScienZe feat. DOPELEAGUE – « Off The Clock »

Mais revenons au présent et à son tout dernier projet. Sur #GeorgiaTape, que ScienZe dédie à sa famille (et sur l’artwork duquel elle apparait au complet), le sieur est entouré de sa clique de production habituelle : EOM, Vynil Frontier ou encore King I Divine, son compère avec lequel il a déjà sorti plusieurs projets en collab sous le nom de Divine ScienZe. Cet album ne déroge pas à la règle. La production est collégiale et le rendu à la hauteur des précédents opus. Des samples de bossa nova (sur « Georgia State » notamment), des textes bien écrits et des productions efficaces font de cet opus une nouvelle pièce de valeur dans la collection de ScienZe. La tracklist, plutôt courte avec 11 tracks, alterne les morceaux légers et clairement marrants (on vous laisse découvrir « King of Diamonds ») avec des morceaux aux résonnances plus personnelles où les racines de l'artiste sont évoquées (« Georgia State » justement). Clin d'œil nécessaire au morceau « Alexandria » que les B-Boys ne manqueront pas de faire écouter à leur(s) grand(s) mère(s). Déjà parce qu'il est doux à l'oreille et surtout parce qu'il leur rend un bel hommage...

ScienZe – « Alexandria »

Et puisqu'un projet artistique se fait rarement seul et que celui-ci est dédié à la famille, ScienZe s'est fait accompagner de ses proches. Il nous offre pléthore de featurings de belle qualité. Parmi ceux-là, comment ne pas évoquer la présence notable d'Homeboy Sandman sur le titre « College Park » ? Le pensionnaire de Stones Throw Records fait ce qu'on lui connaît à savoir des rimes bien claquées sur un beat particulier à souhait, construit autour d'une boucle de voix vaporeuses qu'on croirait d'outre-tombe.

Pourtant, malgré un talent certain,  on peut se demander comment il se fait qu'il n'ait pas plus de notoriété. Peut-être est-ce dû à son style trop puriste ou à ses morceaux dont les thèmes sont rarement en lien avec d'autres postures qui ont fait le succès de certains. Mais le travail est fait. La plume est libre et précise et la production ciselée. A découvrir pour les néophytes et à réécouter pour les amateurs du bonhomme.

Au final, que dire de cet album ? Qu'il est de belle facture assurément. Que toutes les productions sont égales en talent et en implication artistique et que ScienZe sait plus que quiconque réaliser des projets avec sa clique. Maintenant, soyons honnête, si l'album s'inscrit dans la lignée des précédents, aucun titre ne s'en dégage qui rende fou l'auditeur. Ce serait une production simple, une boucle entêtante ou tout autre piège pour l'oreille. Un bon album donc, mais auquel on pourrait reprocher un manque de relief. On découvrira quand même la suite avec envie.

Commentaires

BOOTLEGZ : LA NEWSLETTER

Toute l'actu Hip-Hop dans ta boite mail

Leave a Reply

Lire les articles précédents :
[Interview] Cleim Haring : à chat perché avec les mots

Cleim Haring. Un nom singulier, un artiste distingué, un homme élégant, réfléchi et complexe. Un style sobre et doux qui tranche avec...

Fermer