Rapsody – Crown

rapsody-crown

Crown

Rapsody

Jamla Records

Novembre 2016

15/20

Fraîchement signée chez Roc Nation, et depuis l’excellent mini-album Beauty and the Beast (2015), on attendait presque de pied ferme des nouvelles de Rapsody. Heureusement, et avec un peu d’avance, la MC native de Caroline du Nord et ex-membre du groupe indé Kooley High nous propose une nouvelle mixtape intitulée sobrement Crown, à loger au coin du feu. Et si (discrètement, il est encore trop tôt), on ouvrait ensemble ce petit cadeau ?

Pour ceux qui ne connaissent pas encore Rapsody, ne vous inquiétez pas, on vous propose une petite séance de rattrapage. Active depuis environ dix ans, Marlanna Evans, de son vrai nom, nourrit à 28 ans une jolie carrière. Carrière qui, et c’est bien ça le pire, ou le mieux, n’en est pas à son apogée. En proposant un rap engagé (droit des femmes, défense de la culture black, défense la culture hip-hop en elle même), mélodieux, tantôt très soul, tantôt boom bap, et parfois new school, Rapsody jouit presque tout naturellement d’une discographie à faire rougir bon nombre de rappeurs.

Le piège avec le terme discographie, c’est qu’on a parfois tendance à penser que quantité rime avec qualité, reconnaissance, hype, et tous les autres termes adéquats pouvant vous venir en tête. Evidemment, si vous êtes ici, vous petit lecteur assidu de The BackPackerz, vous savez très bien qu’il n’en est rien. Sauf qu’avec Rapso, on se retrouve dans ce fameux juste milieu, ou quantité rime cette fois ci avec qualité. Depuis 2010, nous avons eu droit à un album, 5 mixtapes - dont l’excellente Return of the B-Girl (2010) et She Got Game (2013) et 2 EP. Sans parler de ses nombreuses apparitions ici et là, avec son pote Mac Miller par exemple, et dernièrement avec un certain Ab-Soul.

rapsody-crown

Au moment ou vous lisez ces lignes, nous sommes fin 2016, année tristement noire pour pas mal d’êtres humains. A contrario, le rap game a connu cette année un genre de baby-boom, avec un max de très bonnes sorties, de nouvelles têtes et de come back. Crown, sortie chez Jamla Records, qui figure dans notre classement des meilleures mixtapes de l’année, mérite amplement un petit détour. Focus, comme annoncé par la cover, sur quelques bijoux que contient cette mixtape.

"Crown"

"Crown" introduit Crown, et en bonus le morceau est clipé. Une introduction douce, ou Rapsody évoque en partie son enfance, mais surtout le privilège d’être une femme. “Never leave the house without your crown”, le message est clair et pensé. Assise sur son trône, Rapso nous embarque dans un one shot ou le “trust yourself” guide tout le morceau. “They tell me im a King! They tell me im a Queen!” gimmick adressé comme un hommage à la jeunesse d’aujourd’hui, visage demain de notre monde. Et pour corroborer le tout, les vocals que vous entendez en fond viennent tout simplement d’un sample de voix de notre chère amie Beyoncé.

"2 AM" (ft. Ab-Soul)

Rapsody invite ici Ab-Soul, décidément un peu partout en ce moment, pour une balade nocturne qui tourne vite au medley. Le titre est scindé en deux instrumentaux énergiques où les deux rappeurs se donnent la réplique. Anecdotes personnelles, visions interposées de leurs raps respectifs, ce titre respire le freestyle-confessional, avéré par cette punch : “2AM the whole block up. Wanna be alone tonight, I pray no one no pop up” Traduisez très grossièrement : “2 heures du mat personne dans l’block, laissez moi tranquille bordel que personne ne me dérange”. Petite connexion bien pensée entre deux artistes aux univers légèrement différents.

"OooWee" (ft. Anderson .Paak)

Si vous avez cliqué avant de lire ce paragraphe, inutile de vous dire que venez d’écouter le morceau phare de la mixtape. La bombe. La chose la plus dope que contient Crown. Le titre est très soul, les brefs riffs de guitare, le refrain et la voix samplée en continu d’Anderson .Paak nous plongent tout de suite dans un univers qui au final caractérise un tant soit peu toute la tape : la mélancolie. Et c’est certainement le terme le plus approprié à un contenu porteur de message, lui-même porté par une artiste des plus engagées et qui fait son job sans pression. Le flow de Rapsody évoque à son habitude une prise de plaisir avant une prise de risque. Ne serait-ce pas la l'essence même de la musique, d’ailleurs ?

En conclusion

L’ex membre de Kooley High n’a pas été avare en featurings avec Ab-Soul, Paak ou encore Raphael Saadiq. Avec 10 titres, et toujours très bien entourée à la production par 9th Wonder et Khrysis, l’artiste a su remettre une couche de qualité, de sincérité et d’intégrité sur une carrière qui inspire déjà le respect. Néanmoins, après plusieurs écoutes, on peut aussi ressentir ce petit quelque chose qui nous dit que ce n’est qu’un avant-goût pour 2017. Rapsody ne s’en cache pas, un album est en préparation et quand on voit la surproductivité de ses compères, on est en droit d’attendre quelque chose de très intéressant. Santa sera déjà loin, certes, mais espérons quand même que la bombe débarque avant son prochain passage dans un an. D’ici là, réjouissez-vous, tous les voyants sont au vert.

Commentaires

BOOTLEGZ : LA NEWSLETTER

Toute l'actu Hip-Hop dans ta boite mail

Leave a Reply

Lire les articles précédents :
little-simz-kehlani-video-table
Kehlani invite Little Simz sur le clip de “Table”

https://www.youtube.com/watch?v=yhTihVaMO7Q&feature=youtu.be Après l'EP collaboratif de Dom Kennedy et Hit-Boy, l'autre sortie sympa dont nous voulions vous parler aujourd'hui est ce...

Fermer