FloFilz – Speakthru

Speakthru

FloFilz

Jakarta Records

Décembre 2015

15/20

Jakarta Records. 2015, année faste. Pour l’un des poulains de ce label encore OVNI il y a quelques années et qui impose sa patte au fil des découvertes, des projets et des concerts, c’est sûrement une belle année. En effet, pour FloFilz, c’est peut-être celle de la continuité, des nouveaux projets et de l’explosion de la scène hip-hop allemande dont il est l’un des fers de lance et à laquelle font de l’œil des acteurs courus, connus et curieux (comme l'illustre label Stones Throw…).

Cette galette de 12 tracks dure le temps d’un trajet de métro, d’une balade, d’un embouteillage ou d’un tour en vélo et se glisse parfaitement dans une playlist chill. En une alternance parfaite entre des morceaux instrumentaux et des morceaux rappés (six de chaque), l’ambiance créée par SpeakThru est la même que celle que peut distiller un album de jazz accessible : une multitude de sentiments qui composent une toile qu’on observe calmement, face à soi.

FloFilz, c’est ce beatmaker allemand qui fait parler de lui depuis quelques années et qui gravite autour du label Jakarta Records, se découvre des accointances avec JuJu Rogers ("The Art of Abstraight Rap Display" ), prend rencard sur un track avec le rappeur californien Blu ("Basement Jazz" ) et reste sur la côte Ouest pour échanger avec Cashus King ("Method of Madness" ), le précédemment dénommé Co$$ jusqu’à ce que sa spiritualité l’incite à abandonner ce pseudo pour reprendre son nom de naissance.

FloFilz, c’est aussi un beatmaker de plus en plus actif qui a fait du jazz rap sa carte de visite. Pour preuve, la sortie à la rentrée 2014 de son premier EP solo, le très jazzy Metronom et des apparitions sur différents projets d’Outre-Rhin sur le label AKAI47 où sa signature est remarquée. Comme le monsieur n’est pas frileux et que les voyages forment la jeunesse, il quitte bien vite les vertes prairies teutonnes et vient faire crisser ses beats et ses platines de notre côté de la Seine. S’il ne s’agit encore que de show cases, espérons qu’il prendra le temps prochainement de régaler nos oreilles amatrices de ses boucles jazzy et de ses beats classiques mais assurés.

Mais pleins feux sur son dernier projet. Comme nous le disions plus haut, si le jazz rap n’est pas votre tasse de thé, passez votre chemin car c’est clairement ce dont il est question. L’intro est toute en douceur et très soulful. Ensuite ? Il suffit de se laisser emporter par « Shine Thru » dont nous parlions très récemment où l’on retrouve le compère Ivan Ave.

FloFilz - "Shine Thru" 

Il serait inutile et presque criminel de décrire chacun des morceaux qui compose ce LP et ainsi dérober un certain plaisir à la découverte de l'album. Alors, arrêtons nous encore en quelques mots sur le délicieux « Corners » qui peut être présenté comme un hommage au morceau du même nom présent sur l’album Be de Common. Quelques mots rapides sur l’ambiance de « Hamptons » qui semble décrire un vieux bar perdu, à la clientèle agréable composée de mélomanes dont l’atmosphère serait saturée de volutes de cigares et dont la seule légèreté viendrait des notes rapides égrenées par un vieux gramophone. Mentionnons également le morceau « Method of Madness » où Cashus King s’emploie sur une mélodie construite autour d’une note haute au piano dont semble découler toute l’harmonique et la mélodie du morceau.

FloFilz - "Method of Madness"

Enfin, une dernière digression pour attirer l’attention sur la voix enchanteresse de Chiara Noriko, crooner anglo-nippone cachée dans l’East London dont la première release ne devrait plus tarder et dont la voix sied parfaitement à l’ambiance des boucles jazzy, au tempo et au beat hip hop de « A Lil Bit Of ».

Trêve d’onirisme, il s’agit de remettre les pieds sur Terre même si le projet de FloFilz tombe à point nommé. SpeakThru, c’est un album qui s’inscrit dans un style particulier, le jazz rap, qui a inspiré les plus grands beatmakers, et dont la titanesque contrainte pour un nouveau venu est de ne pas se manquer. Le projet en lui-même est très homogène, bien construit, profite de collaborations nombreuses, variées, d’excellente qualité et qui ont le mérite de faire voyager l’auditeur entre les nouveaux talents d’Allemagne, de Londres ou de la côte Ouest. Maintenant, comme évoqué plus haut, le jazz rap est un courant musical à part entière à prendre ou à laisser. Et ce sera le cas d’un album comme celui-ci. En grand amateur du genre, j’ai trouvé l’album très réussi. Maintenant, je comprendrais aussi celui qui pourrait avoir un autre avis, mais il aurait tort…

Commentaires

BOOTLEGZ : LA NEWSLETTER

Toute l'actu Hip-Hop dans ta boite mail

Leave a Reply

Lire les articles précédents :
Blackalicious sort une version sportive de “Alphabet Aerobics”

https://www.youtube.com/watch?v=R_Mo-Ty0VLk Parenthèse sportive aujourd'hui avec la sortie d'un remix du mythique titre “Alphabet Aerobics” de Blackalicious. Le duo revient avec une...

Fermer