Big L en 10 punchlines inoubliables

big-l-best-punchlines

Ce 15 février nous commémorions la mort de Big L, assassiné il y a 17 ans dans les rues de Harlem. A cette occasion nous avons décidé de vous compiler 10 de ses meilleures punchlines. Tout comme les rimes sur deux syllabes, Big L avait fait de la punchline sa spécialité. Toutefois, rien à voir avec ce qu'on peut entendre sortir de la bouche des rappeurs en 2016. Sarcasmes, comparaisons et métaphore, il mettait tous ces outils en oeuvre afin de décrire son attrait pour les belles femmes, ses skills incomparables au micro ou encore sa vie de criminel dans les rues de New-York. Ainsi, trouver dix punchlines de Big L n'est pas la chose la plus compliquée qui soit. Nous en avons sélectionné ici quelques-unes parmi plus mémorables.

Lifestylez ov Da Poor & Dangerous (1995)

« Breaking in cribs with a crowbar,

I wasn't poor, I was po', I couldn't afford the o-r. »

Cette phrase contient à elle seul tout le vécu d'un afro-américain dans le ghetto. Pour survivre il n'a d'autres choix que de cambrioler les maisons. Les gens des quartiers démunis de New York ont aussi leur propre façon de prononcer les mots, leur propre argot, ainsi 'poor' devient 'po'. « O-R » représente ici la salle d'opération « Operating Room », et indique donc que les faibles revenus de Lamont Coleman (aka Big L) ne lui permettaient pas de se faire soigner.

#10 Découvrez Big L en 10 punchlines sur notre site et en vidéo sur Instagram avec le hashtag #biglpunchlines

Une vidéo publiée par TheBackPackerz (@thebackpackerz) le

M.V.P. (1995)

« L's a clever threat, a lyricist who never sweats

 

Comparing yourself to me is like a Benz to a Chevrolette »

L'ego trip dont Big L avait fait sa spécialité amène souvent les rappeurs à faire des comparaisons avec toutes sortes de choses. Il choisit ici les voitures, se comparant lui-même à une Mercedes, tandis que les autres ne seraient que des Chevrolet.  

#biglpunchlines #9 Une vidéo publiée par TheBackPackerz (@thebackpackerz) le

Put It On (1995)

« If you battle me you pick the wrong head,

I smash mics like cornbread you can't kill me I was born dead »

« Mort né », comme pas mal de noirs américains qui ont grandi dans un milieu défavorisé, ayant un avenir quasiment déjà tracé: essayer de survivre dans une jungle de béton.

#biglpunchlines #8

Une vidéo publiée par TheBackPackerz (@thebackpackerz) le

Danger Zone (1995)

« I jumped out the Lincoln, left him stinkin Put his brains on the street

 

Now you can see what he was just thinkin' »

La criminalité a toujours occupé une place importante dans les paroles de Big L, et elle aura fini par lui coûter la vie. Ici il utilise également son goût du sarcasme au service de la rime. Après avoir fait sauter la tête d'un de ses rivaux, il observe sa cervelle sur le trottoir pour savoir à quoi il pensait. Grimy.  

#biglpunchlines #7 Une vidéo publiée par TheBackPackerz (@thebackpackerz) le

7 minutes Freestyle (1995)

« Big L is the nigga you expect to catch wreck in any cassette deck

I'm so ahead of my times my parents haven't met yet. »

En avance sur son temps, l'auto-proclamé Devil's Son l'était probablement grâce à ses punchlines, celle-ci l'illustre bien. C'est lors d'un freestyle d'une dizaine de minutes aux côtés de Jay-Z dans l'émission de Stretch & Bobbito qu'il lâche cette phase incroyable.

#biglpunchlines #6

Une vidéo publiée par TheBackPackerz (@thebackpackerz) le

DITC – Get Yours (2000)

« Before I buck lead, make a lot of blood shed

 

Turn your trunk reds, far from broke, got enough bread

 

Mad hoes, ask Beavis, I get nothing Butt-head »

Digging In The Crates est un collectif New Yorkais composé de Big L, Fat Joe, O.C., Buckwild, Showbiz & A.G., Lord Finesse et Diamond D. En développant toujours un rap très imagé et à travers une référence au dessin animé comique « Beavis and Butt-Head », Big L émet le fait qu'il apprécie quand la gente féminine lui procure du plaisir (pour rester poli).  

#biglpunchlines #5 Une vidéo publiée par TheBackPackerz (@thebackpackerz) le

Size 'Em Up (2000)

"Niggas wanna be L, ladies wanna see L

If I go to jail you'll wear a shirt sayin' 'Free L ' ".

Encore une fois, à travers de l'ego trip, L se voit comme un modèle pour tous les hommes, et un prétendant pour toutes les femmes. Comme il l'avait déjà dit sur « Let'Em Have It L », « Everybody wanna be like Mike, but Mike wanna be like L ». Pour la suite, on aurait préféré porter un t-shirt « Free L » plutôt que « R.I.P. Big L ».

#biglpunchlines #4

Une vidéo publiée par TheBackPackerz (@thebackpackerz) le

All Black (1995)

« I was taught wise, I'm known to extort guys

 

It ain't Cali, it's Harlem nigga we do walkbys »

Si les rivalités de rue sont bien un point commun entre les quartiers de Los Angeles et ceux de New York, la différence réside dans l'exécution. Alors que les meurtres sont commis en voiture lors des tristement célèbres « drive by » sur la côte ouest, les gangsters de l'est opèrent à pied.  

#biglpunchlines #3 Une vidéo publiée par TheBackPackerz (@thebackpackerz) le

Let'Em Have It L (1995)

« Step to this and get shanked up

I knocked out so many teeth the tooth fairy went bankrupt »

Big L use encore une fois de sarcasmes et d'une métaphore pour exprimer son passé difficile. Si vous n'avez plus eu de surprises de la part de la petite souris depuis 1996 c'est qu'elle a fait faillite à cause de Big L, à force de casser les dents de ses ennemis.

#biglpunchlines #2

Une vidéo publiée par TheBackPackerz (@thebackpackerz) le

Street Struck (1995)

« I ain't a dumb joke, listen to this young folk

 

'Cause where I'm from you can choke from the gun smoke. »

Les fusillades sont monnaies courantes à l'époque à Harlem. Les gens n'étouffent pas à cause de la fumée de cigarette ou de celle d'un incendie, mais bien la fumée qui provient des armes à feu fraîchement déchargées dans les rues.

#biglpunchlines #1 Une vidéo publiée par TheBackPackerz (@thebackpackerz) le


Vous pouvez retrouver et surtout réagir sur cette série de vidéos consacrées aux meilleures punchlines de Big L sur le compte Instagram de The BackPackerz.

BOOTLEGZ : LA NEWSLETTER

Toute l'actu Hip-Hop dans ta boite mail

Leave a Reply

Lire les articles précédents :
funk-volume
[Dossier] Funk Volume, la réussite au goût d’indépendance

Porté par Hopsin, SwizZz, Dizzy Wright, Jarren Benton, DJ Hoppa et plus récemment Kato, le label de Los Angeles, Funk...

Fermer