Arshitect, le multitâche de Soul Square

A l'occasion de la récente sortie du Millésime Série Vol.2, Arshitect, un des 4 membres du groupe nantais Soul Square, nous a gentiment reçu dans son appartement de banlieue parisienne pour répondre à nos questions.

Ce touche-à-tout, qui, en plus des beats, réalise aussi les pochettes d'albums et certains clips, nous parle de ses influences, de sa vision 360° de la musique et de ses projets, le tout sans langue de bois. Respect the Arshitect !

The BackPackerz : Quel fut ton premier contact avec le Hip-Hop ?

Arshitect : Comme beaucoup d'enfants, j’étais assez influencé par mon grand frère. Un jour, après une période rock, il s’est mis à écouter du Hip-Hop, notamment le Wu-Tang avec 36 Chambers, qu’il passait en boucle dans la voiture de ma mère. Au départ, je détestais ça, et puis à force d’écouter j’ai fini par adorer et j’ai totalement lâché le rock pour le Hip-Hop. J’avais à peu près 10 ans.

A part le Wu-Tang, quelles ont été tes principales influences ?

Au départ c’était assez classique, ce qui passait sur Skyrock en gros (Nas, Common…). J’étais aussi un gros fan de rap français, avec la scène marseillaise (IAM…) notamment. J’ai ensuite commencé à vouloir créer de la musique par pur hasard : je suis allé un jour chez un ami qui avait un logiciel qui s’appelait Dance eJay, sur lequel on pouvait assembler plusieurs loops, et j’avais adoré ça. J’ai donc acheté la version Hip-Hop du logiciel et j’ai commencé à m’amuser avec ça vers 17 piges…

Et parmi les producteurs, avais-tu des modèles ?

Au départ je n’y connaissais vraiment pas grand chose, même le terme “beatmaker” m’était inconnu, car à part mon frère, personne n’écoutait de Hip-Hop autour de moi. Ce n’est que plus tard que j’ai découvert que les morceaux que je kiffais étaient produits par Premier, Pete Rock, Jay Dee ou Dr. Dre. Du classique !

A quel moment t’es-tu intéressé à d’autres genres, car on reconnait dans tes prods beaucoup de jazz, de soul… ?

Quand j’ai commencé à bosser avec Permone et Guan, qui eux avaient vraiment une touche définie, très Soul/Jazz et étaient aussi plus âgés que moi, avec une culture Rap US 90s beaucoup plus accentuée que moi. Et quand on a fait The Fresh Touch, j’ai vraiment commencé à sampler presque exclusivement de la Soul et du Jazz, en y ajoutant ma patte au niveau de la découpe des samples.

Le fait que vous soyez 4 au sein de Soul Square t’oblige-t-il à faire certaines concessions sur le style de musique ?

Il y a forcément des concessions à faire dans un groupe, mais ça reste démocratique, personne n’impose quoi que ce soit. On discute énormément, et s’il y a des désaccords, c’est souvent celui qui est à l’origine de la prod’ qui a le dernier mot. Sur les morceaux instrumentaux, on bosse vraiment tous dessus, chacun ajoutant un élément à la prod’ de départ, avec souvent Atom qui finit par réarranger toutes ces briques. Sur les morceaux avec un MC, en général, c’est plutôt un seul beatmaker qui va tout faire de A à Z, même si l’on peut faire appel aux autres en cas de manque d’inspiration.

Quelle importance tient la partie live pour toi ?

A l’époque de Live & Uncut, on était vraiment un groupe 100% studio, et c’est moi qui ait travaillé les gars pendant un ou deux ans pour qu’on se mette à faire des concerts, malgré mon inexpérience, car j’ai vite senti que c’était primordial. On a fini par être sélectionné (sur CD) pour le Printemps de Bourges, et on avait seulement 3 semaines pour monter un live de 30 minutes, en partant de zéro ! Même si ce premier essai fut laborieux, ça nous a tout de même lancé. On est ensuite parti pour 2 ans de concerts, pour lesquels on avait ré-arrangé la plupart des morceaux de Live & Uncut, qui n’étaient pas vraiment taillés pour le live, avant que Racecar ne nous rejoigne pour apporter ce gros plus du MC.

Quels sont les prochains projets dans les tuyaux de Soul Square ?

Il y aura bien sur un Millésime 3, on a récemment trouver une idée du concept mais je ne préfère pas en dire plus pour l’instant car ce n’est pas encore acté. On sortira ensuite un nouvel album qui devrait être quasiment 100% instrumental, un peu à la manière de Live & Uncut mais en poussant encore plus loin le délire, en explorant peut-être de nouvelles influences .

"Quand j’entends des mecs dire qu’il sont plus à l’aise avec les formats courts et ne font plus que des EPs, je trouve que c’est un peu un principe de fainéants."

Que penses-tu justement de toute cette scène Beat Music qui prend de l’ampleur ? Est-ce un genre qui te plaît ?

Ça dépend, pour moi ce n’est pas vraiment une “nouvelle scène”. Les morceaux instrumentaux, on en a déjà tous fait, même à l’époque des DJ Shadow ou DJ Cam par exemple, tous comme nous ou Jazz Lib. Après, au sens plus electro du terme, ce n’est pas forcément ma tasse de thé, à part des mecs comme Flying Lotus, qui ont vraiment une patte particulière. Après, comme dirait Permone, tous ceux qui regardent par le trou du cul de Jay Dee moi ça me saoule, tous les morceaux très mous du genou, très ambiant...ça ne m’attire pas forcément. Faire des morceaux instrumentaux de 1min 20, ça me gave aussi parce que pour moi c’est comme si un rappeur ne faisait qu’un seul couplet. C’est pour ça que quand j’entends des mecs dire qu’ils sont plus à l’aise avec les formats courts donc qu’ils arrêtent les albums pour faire des EPs, je trouve que c’est un peu un principe de fainéants. Ce qui est compliqué dans un morceau instrumental ou de rap, c’est de se faire violence et de tenir 4 minutes et de faire quelque chose qui tienne la route.

Tes compétences sont très larges, tu as par exemple fait les covers des millésimes. Que penses-tu de tous ces artistes comme Tyler, The Creator ou Bishop Nehru, qui vont plus loin que la seule partie musicale ?

C’est intéressant, car aujourd’hui, on le sait, l’image joue un rôle primordial, et avoir quelqu’un comme ça dans un groupe permet ainsi de contrôler l’image de A à Z. Le revers c’est que cela reste très chronophage et que les critiques sont deux fois plus dures à encaisser vu qu’on ne va pas uniquement te juger sur la musique mais également sur la pochette, les clips...mais si on prend l’exemple d’un mec comme 20syl, on voit aussi que ça peut aussi énormément servir.

Y a-t-il des artistes en particulier avec qui tu voudrais collaborer ?

J’aime bien Fixpen Sill, L’Homme Pâle, Jazzy Bazz, des mecs comme Nekfeu, Alpha One...il y en a quand même pas mal dans la nouvelle scène qui font de bons trucs. Niveau américain, donc plus du domaine du rêve, Pharoah Monch, Oddisee et toute la clique de Mello Music Group en fait.

Quel est ton album du moment ?

Le dernier Freddie Gibbs et Madlib, Pinata. Je l’ai trouvé vraiment très bon, il y a des morceaux qui défoncent.

BONUS

On vous laisse avec le nouveau clip de Soul Square, "Hear Ye". C'est tout frais, ça vient de sortir en avant-première chez nos amis de Canalstreet :

Commentaires

BOOTLEGZ : LA NEWSLETTER

Toute l'actu Hip-Hop dans ta boite mail

Leave a Reply

Lire les articles précédents :
the-doppelgangaz-concert
[Concert] The Doppelgangaz, la relève de l’underground New-Yorkais à Paris

L'année dernière, j'étais tombé, un peu par hasard sur un son qui m'avait alors complètement crevé: Barbiturates des Doppelgangaz. Pour...

Fermer