Lost & Found : Showbiz & A.G. – Goodfellas

Les duos emcee/producteur ont toujours fait légion dans le Hip-Hop, et ont connu un véritable essor dès la fin des années 80, le emcee jouant un rôle de plus en plus affirmé dans les productions musicales du genre. Des artistes comme Eric B. et Rakim, DJ Premier et Guru ou encore Pete Rock et CL Smooth ont pavé la route pour les futurs diptyques du Hip-Hop.

Parmi les duos passés à la postérité, celui composé par Showbiz à la production et par A.G. au mic y tient une place de choix. On tient, en effet, deux des plus fines lames du supergroupe New-Yorkais Diggin’ In The Crates (plus connu sous l’acronyme D.I.T.C). Trois ans après un premier LP funky à souhait très bien accueilli dans le milieu underground de l’époque, ils remettent le couvert avec le très noir Goodfellas, album qui reste à ce jour leur meilleur effort. 

Dans le New-York des mid-nineties, le son gritty, sale et poussiéreux, largement popularisé par les Killa Bees du Wu-Tang, est à son apogée. Les producteurs d’alors recherchent les drums les plus amochées, les basses les plus sourdes, et les mélodies les plus languissantes et minimalistes qui puisse exister. Goodfellas est un album qui peut se targuer de réunir ces différents artifices, aussi bien en terme de beats que de performances, résultant d’un contenu à la qualité frôlant l’insolence.

Ainsi, des morceaux comme « You Know Now » en featuring avec Big Cathy, ou le glacial « All Out », cristallise la tendance aux productions rocailleuses. Chaperonné à la production par le grand patron Lord Finesse, autre membre éminent du D.I.T.C., Showbiz façonne, ici, les instrumentaux les plus aboutis de sa carrière. « Medecine », probablement le beat le plus dingue de l’album, est sublimé par un refrain agressif et par la prestation d’un A.G. au sommet de son art. Le morceau « Got The Flava » en featuring avec les Ghetto Dwellas et Method Man, vient confirmer que la place laissée aux emcees sur la galette n’est définitivement pas tronquée. Les rares invités délivrent tous de solides performances, A.G. en tête de liste. Notons également la présence du remix du lead single « Next Level » par DJ Premier, single qui constituera, à lui seul, l’unique et bien maigre promotion qu’aura l’album à sa sortie.

Goodfellas est à classer dans la catégorie des albums largement reconnus dans le milieu de l’Underground, mais qui, dû à son manque évident de promotion et à son caractère austère, n’a jamais réellement pu atteindre un public Hip-Hop plus large. Conférons cependant à cet album la place qui lui revient de droit : un classique véritable que l’on se doit de réécouter de temps en temps.

Si cet article vous a plu, retrouvez tous les épisodes de notre série Lost & Found.

BOOTLEGZ : LA NEWSLETTER

Toute l'actu Hip-Hop dans ta boite mail

Leave a Reply

Lire les articles précédents :
Vos places pour voir Onra en concert à La Bellevilloise

5 ans, cela fait 5 ans qu'Onra ne s'était pas produit à Paris. Après avoir tourné dans le monde entier,...

Fermer